Passage du sensible

Passage du sensible

Hommage à Bernard Stiegler

10 & 11 décembre à Aix-en-Provence

Un partenariat Alphabetville, Fondation Vasarely, Institut de l’Image, FIDMarseille, Aix-Marseille Université
Sur une proposition de Pierre Vasarely et un commissariat de Colette Tron

 

Crédit image : Notre Stiegler, dessin de JB. Casasola / P. Navarro d’après une photographie de CS.

Décédé subitement le 5 août 2020, le philosophe Bernard Stiegler a eu une activité incessante et acharnée, une vie et une œuvre intenses et prolifiques, qu’il a transmises à ses contemporains et vers les générations futures. Soucieux d’un monde “non-inhumain,” penseur de la technique, l’impensé philosophique, il axait sa réflexion sur les enjeux des mutations actuelles—sociales, politiques, écologiques, économiques, psychologiques—portées par le développement technologique et notamment les technologies numériques.

Une pensée du vivant, du mouvant, des corps, des organes – organon signifiant en grec instrument – des artefacts, des appareils et des organisations ; mais aussi de la « vie de l’esprit », de l’invention, de la création, de la vie du sensible,… et du désir.

Dans la philosophie de Bernard Stiegler, l’esthétique est appréhendée comme expérience sensible et principe d’individuation. Et cette part sensible, n’est pas la part maudite, mais l’affaire de « nous tous », dans la perspective d’un nouveau partage du sensible.

 

Lors de cette manifestation, quelques amis et artistes, s’emparent de diverses façons – artistiques, esthétiques, technologiques – de l’œuvre du philosophe.

Il s’agit donc d’un double mouvement : une forme d’hommage, et une continuation, un « héritage », par une génération de formes, inspirées, imprégnées, retenues, de sa pensée, de ses concepts, directement ou indirectement, quant à l’art et à l’esthétique.

Un passage du sensible.

 

« C’est parce que le sentir est d’emblée tekhnè que le sensible est l’objet de l’art. »

Bernard Stiegler, De la misère symbolique II

 

_________

Programme
Vendredi 10 décembre à 19h00, Fondation Vasarely

Tout enregistrement est une forme d’écriture, improvisation musicale par Jean-Marc Montera, guitariste, et Edmond Hosdikian, saxophoniste
La faculté de rêver, lecture par Colette Tron, auteur et critique
Double Carrousel, projection par Pascal Navarro, artiste
Screwed and Chopped Memories, performance sonore par Fabrice Métais, philosophe et artiste
Les rétiaires ou l’art du filet, conférence concertante par Noam Assayag, écrivain, artiste et traducteur
Astéroïde – Bernard Stiegler, performance par Valérie Cordy, artiste et metteuse en scène

Entrée libre

Samedi 11 décembre à 16h15, Institut de l’Image

Projection de The Ister, film de David Barison et Daniel Ross

Tarif du cinéma

 

Programme détaillé

 

Informations pratiques

Fondation Vasarely – 1, avenue Marcel Pagnol, 13090 Aix-en-Provence
0442200109 www.fondationvasarely.org

Institut de l’Image – 8, rue des Allumettes, 13090 Aix-en-Provence
0442268182 www.institut-image.org