space logo space
puce Alphabetville
puce Théorie/critique
puce Création
puce Liens
space
Accueil > Théorie/critique > Rencontres thématiques, séminaires de recherche, événements, résidences > Vers un art de l’hypercontrôle #2
space
Vers un art de l’hypercontrôle #2
Bifurcations, événement, inventions, néguentropie
Du 12 au 14 novembre 2015 à Aix-en-Provence
 
space  
Rencontres thématiques
Conférences, tables rondes, présentations de projets et d’œuvres artistiques, projections

Une coproduction Alphabetville / Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence s’inscrivant dans e-topie 2015, en collaboration avec l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou .

Avec le soutien du Conseil régional PACA et avec l’aide de la Fondation Vasarely. _
Jeudi 12 novembre
 - de 9h30 à 17h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

Vendredi 13 novembre - de 10h à 18h
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

Samedi 14 novembre
 - de 16h30 à 20h30
Fondation Vasarely


Présentation

Il y a quelques mois, nous invitions Bernard Stiegler à venir nous parler de « l’art de l’hypercontrôle ».
Aujourd’hui, une réflexion croisée s’est ébauchée, qui mobilise divers partenaires dont l’association Alphabetville, l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence, l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou et l’équipe de l’antiAtlas des Frontières.
Nous proposons de partager une nouvelle étape ensemble, avec des invités, acteurs et observateurs, artistes et scientifiques. Au coeur de nos discussions se trouve toujours cette proposition, dont la formulation est d’abord une matière à travailler et un point de départ, d’un "art de l’hypercontrôle". Il s’agit pour chacun de nous, à partir de ses recherches, de sa pratique, de son expérience, d’en questionner le sens et d’en explorer les potentialités. L’expression d’un "art de l’hypercontrôle" trouve sa source dans certains aspects du travail de Bernard Stiegler.
Celui-ci définit nos sociétés comme des sociétés hyperindustrielles, dont l’une des caractéristiques majeures consiste dans le développement de processus d’automatisation non seulement des machines, mais aussi des comportements, des savoirs, des désirs, des façons de vivre. Au coeur de ce mouvement qui conduit vers des « sociétés automatiques », il y a des technologies et des logiques de contrôle. Ces processus engagent des dispositifs machiniques fondés sur la collecte et le traitement de masses gigantesques d’informations, des processus d’homogénéisation des pratiques et de quantification des normes, une typologie des usages et des "profils" qui portent en eux la menace de ce que Stiegler appelle une prolétarisation totale, une prolétarisation qui touche non seulement le champ du travail productif, mais aussi celui des loisirs, de la culture et du savoir.
Ce sont bien les façons de percevoir, de se projeter et de se constituer comme des sujets qui se trouvent en jeu. Il ne s’agit pas ici de condamner la technique considérée comme une mystérieuse puissance indépendante, mais d’interroger le champ des potentialités opposées qu’elle porte quand elle est associée à des stratégies à la fois politiques, économiques, et culturelles. Il s’agit de mieux comprendre ces processus, et ce qui vient y répondre non seulement par des actes de résistance, mais par des actes d’invention, de création, d’innovation et de réappropriation démocratique.
Si l’on conçoit l’automatisation sociale comme un processus d’entropie, ces constructions singulières, complexes et vivantes, apparaissent comme des bifurcations néguentropiques. De ce point de vue, la question se pose d’un art de l’hypercontrôle.

« Un « art du contrôle » tel que Deleuze l’envisage, et de « l’hypercontrôle » tel que je tente de le décrire, cela n’est pas autosuffisant - sauf à entendre et à faire entendre ou réentendre ars dans art : comme dans les grandes époques de l’inventivité artistique et spirituelle, un « art de l’hypercontrôle » est indissociable d’une inventivité juridique, philosophique, scientifique, politique et économique. »
Bernard Stiegler, extrait de « Ars et inventions organologiques dans les sociétés de l’hypercontrôle ».


Bernard Stiegler, philosophe, docteur de l’École des hautes Études en Sciences Sociales, est président de l’association Ars industrialis, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation. Il est visiting professor à la Humboldt Universität de Berlin, distinguished professor à l’Université de Nanjing et professeur associé à l’Université de technologie de Compiègne. Il est l’auteur de trente ouvrages, dont les trois volumes de La technique et le temps font référence dans sa philosophie ; et récemment paru La société automatique 1. L’avenir du travail, Fayard, 2015.

-  Ecouter la conférence de décembre 2014
-  Consulter les vidéos sur Vimeo (réalisation Willy Legaud)
Vers un art de l’hypercontrôle s’inscrit dans le cadre de la plateforme e-topie.
Le coup d’essai d’e-topie lors du volet arts numériques de la capitale européenne de la culture fut un franc succès. Attirant 40 000 personnes sur le territoire aixois, cette fédération d’opérateurs prenait son envol. D’abord pensé comme un événement éphémère, e-topie est devenu au fil du temps une véritable plateforme d’échange et de réflexion pour envisager un grand évènement en faveur des cultures et des arts numériques a l’horizon 2016.
Aussi, dès cet automne, à Aix-en-Provence et Marseille, Alphabetville, l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence, la Fondation Vasarely, Hexalab, M2F creations-lab-Gamerz, Seconde nature et Zinc posent les bases de ce projet en faveur de la création contemporaine.

Les membres organisateurs d’e-topie tiennent a dédier individuellement et collectivement cette édition à la mémoire d’Ivan Chabanaud.

Entrée libre sous réserve de places disponibles

Lieux

Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence

Rue Emile Tavan, 13100 Aix-en-Provence

www.ecole-art-aix.fr
04 42 91 88 70

Fondation Vasarely

1 avenue Marcel Pagnol, 13100 Aix-en-Provence
www.fondationvasarely.fr
04 42 20 01 09

Organisateurs

Alphabetville
Friche Belle de Mai

41 rue Joblin, 13003 Marseille

www.alphabetville.org
04 95 04 96 23


Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence

Rue Emile Tavan, 13100 Aix-en-Provence

www.ecole-art-aix.fr
04 42 91 88 70

space